Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
M.R.T.C INFINITY

M.R.T.C INFINITY

Menu
King Kong

King Kong

Bienvenue pour cette rétrospective de cinéma sur #MrtcInfinity. En ce lundi 14 décembre 2015, ce sont les dix ans du long-métrage fantastique de KING KONG réalisé par Peter Jackson.

King Kong

C'est bien plus qu'un conte de fées

Deux ans après la trilogie du Seigneur des Anneaux en 2003, neuf ans plus-tard pour l'adaptation du Hobbit dans la grande aventure solidaire de Bilbon Sacquet. Peter Jackson se plonge dans une réadapation du très célèbre gorille, autrefois réaliser en 1933, puis en 1976.

Vingt-neuf ans passées, les nouvelles technologies d'effets spéciaux ont permis à la production de redonner vie à travers ce nouveau long-métrage fantastique. L'histoire est resté inchanger pour préserver l'Amérique des années 30.

Un casting ayant réunit Noami Watts, l'icone principale du remake. Jack Black dans le rôle de Carl Denham, Adrien Brody dans la peau de Jack Driscoll et le fils de Tom Hanks, Colin Hanks, le secondaire du réalisateur Carl Denham. Et le talutueux Andy Serkis, pour la reproduction de ses gestes pour King Kong

En plein coeur de la crise économique et sociale des années 30, Carl Denham (Jack Black) veut réaliser son prochain film. Mais la production rejette le projet pour des raisons financières, alors Denham prend le risque en s'emparer de ses bobines, pour faire un long voyage sur une l'île en plein Océan Indien.

Quelque-part, ailleurs, une jeune femme, professionnelle de théâtre Ann Darrow (Naomi Watts), apprend la clôture de son lieu de travail. Pendant ce temps, Denham recherche une actrice principale pour son très prochain long-métrage. Le réalisateur et la comédienne se croisent, et parleront affaire, afin que Carl la convaint de jouer le rôle principal, autour d'un repas.

Par amour de son métier de comédienne, Ann accepte les conditions du réalisateur, et prennent le cargo avec l'ensemble de l'équipage.

La dérive et les dangers se trouvent sur leur chemin, le pire est à leur portée.

 

Le remake de King Kong sorti en 2005, rappelle de nouveau la cruauté des hommes envers les animaux. La dernière scène du film, est ce qu'il y a de plus accablant lorsque Kong meurt dans la souffrance avant de s'éffondré du haut de la tour de Empire State Building